Déclaration des défendeurs devant le tribunal de Bolzano

Déclaration des défendeurs devant le tribunal de Bolzano

13 septembre 2020 Non Par passamontagna

Posté le 2020/09/12 par https://oltreilponte.noblogs.org/

Le 11 septembre 2020 à Bolzano a eu lieu une fois de plus
dans un tribunal entièrement militarisé, une nouvelle audience du procès dans lequel 63 camarades sont accusés d’avoir participé à la manifestation contre la construction du mur anti-migrants au col du Brenner le 7 mai 2016. Après que les camarades ont lu la déclaration ci-dessous, la défense a commencé ses arguments, qui se poursuivront lors des prochaines audiences des 2 et 9 octobre. Nous vous rappelons que le 7 février 2020, le procureur Andrea Sacchetti a demandé un total de 338 ans de prison pour les accusés, pour des charges allant de « dévastation et pillage » à d’autres crimes pour une manifestation dans laquelle environ 8000 euros de dommages et intérêts ont été contestés. Dans l’intervalle, un dépliant de solidarité avec les accusés a été distribué à Bolzano, que vous pouvez lire ici.

Pour des mises à jour supplémentaires, vous pouvez écouter le discours d’un copain défendeur lors d’une émission sur Radio Onda Rossa.

Déclaration devant le tribunal de Bolzano

Chaque jour, le système frontalier écrase des milliers de personnes. Ce qui se passe entre la Syrie et la Turquie, entre la Turquie et la Grèce, dans l’archipel de la mer Égée, à la frontière entre la Bosnie et la Croatie, dans les camps de détention en Libye, en Méditerranée, confirme que les murs et la chasse aux pauvres sont le visage de notre présent. Alors que les marchandises circulent librement d’un bout à l’autre de la planète, les êtres humains sont impitoyablement divisés entre ceux qui peuvent franchir les frontières et ceux qui ne le peuvent pas : entre les submergés et les secourus, selon les mots de Primo Levi. D’abord un ordre économique – dévastateur dans sa logique de guerre et pillant de plus en plus les matières premières, les écosystèmes et l’autosuffisance alimentaire – fixe les conditions dans lesquelles des millions de femmes et d’hommes sont contraints de quitter les terres où ils sont nés et ont grandi ; ensuite un gigantesque appareil de fils barbelés, de surveillance électronique et de camps de concentration pousse cette « humanité rejetée » dans une terrible course d’obstacles ; ceux qui survivent à la sélection doivent alors être tellement épuisés et avoir peur d’accepter toute condition de vie et de travail dans les pays où ils débarquent. Et c’est précisément pour cette raison, enfin, que le racisme institutionnel et social peut être pointé du doigt comme un bouc émissaire à blâmer.

Lorsque, fin 2015, l’État autrichien a déclaré son intention de construire une barrière anti-immigrants au col du Brenner, les plaintes des institutions italiennes concernaient uniquement et exclusivement les répercussions négatives que ce mur aurait sur le transit des marchandises. Emblème d’un passé qui ne passe pas, la conférence de presse sur le projet de barrière a été tenue directement par la police autrichienne et le tout a été présenté comme une simple « solution technique » pour la gestion de la frontière. L’expression elle-même – « solution technique » – était censée faire bouillir le sang.

Alors que le ballet des déclarations croisées entre les gouvernements autrichien et italien se poursuivait, les contrôles de police sur les trains OBB avaient déjà lieu sur le territoire italien et la « solution technique » était déplacée plus au sud. Pendant des mois, toute personne n’ayant pas le visage blanc ne pouvait même pas monter dans ces trains, à Bolzano ou à Vérone. Le système frontalier, en revanche, est un dispositif mobile, à la fois avec des raids de police et des centres de détention administrative. (Et cela devrait bien refléter le fait que la même « solution technique » a été adoptée il y a des mois pour contrôler et rejeter les séropositifs de Covid-19 chez les conducteurs et les passagers à destination de l’Autriche : les « infectés » potentiels, cette fois, c’était nous).

Pour toutes ces raisons, quelqu’un a bloqué les trains OBB à plusieurs reprises ; c’est pourquoi, dans les mois précédant la manifestation du 7 mai 2016, le concept « si les gens ne passent pas, les marchandises ne passent pas » a été insisté par de nombreuses parties ; c’est pourquoi les discours sur la façon de faire échouer la gestion de cette abomination appelée « solution technique ».

Ce que les premiers ministres ont présenté comme une sorte de conception déformée par certains « patrons » et exécutée par de nombreux « grégaires », c’est simplement le sentiment qu’il fallait réagir à cette injustice. Les « honnêtes citoyens » qui aujourd’hui ne veulent pas faire la distinction entre ce qui est légal et ce qui est juste – c’est-à-dire qu’ils s’endorment dans cette obéissance contre laquelle ils mettent en garde contre les paroles de Hannah Arendt (« Personne n’a le droit d’obéir ») que les institutions ont placées devant ce tribunal avec une grande hypocrisie – se souviennent bien de ceux qui ont fait demi-tour lorsque les Juifs ont été déportés et que les partisans ont été fusillés dans ce pays.

Et maintenant, venons-en aux mérites du processus. Le crime de « dévastation et de pillage » – en tant que tel et plus encore tel qu’il a été interprété par les procureurs – découle directement du code fasciste de 1930. Il était déjà apparu en 1859 avec l’article 157 du Code du Royaume de Sardaigne et en 1889 avec l’article 252 du Code Zanardelli. Non seulement, dans ces cas, il était fait explicitement référence à la guerre civile et au massacre, mais les peines allaient de 3 à 15 ans. Avec le code fasciste, cependant, disparaît cette petite chose appelée guerre civile, alors que la peine de base prévue à l’article 419 commence à 8 ans. Puis vint la « démocratie née de la Résistance », dira-t-on. En effet. L’article est toujours l’article 419 et les sanctions prévues sont les mêmes. Or, puisque de cette manière, on atteint l’absurdité juridique, de sorte que, par rapport à elle, on risque nettement moins avec l’accusation de participation à une « insurrection armée contre les pouvoirs de l’État », celle définie par l’article 419 est restée longtemps un crime dit dormant. L’un des rares cas où elle a été appliquée de 1945 à la fin des années 90 sont les soulèvements insurrectionnels qui ont éclaté en 1948 à la suite de l’attaque de Togliatti, soulèvements au cours desquels, dans certaines villes, les partisans sont descendus dans la rue avec des mitraillettes… Aujourd’hui, le seuil de dissidence acceptée est si bas qu’on tente d’appliquer – et dans certains cas, on y parvient – le crime de « dévastation et de pillage » à des manifestations pour lesquelles il est même grotesque de parler de « destruction de grande envergure ». Nous en arrivons donc à la demande, formulée dans cette salle d’audience il y a quelques mois comme s’il s’agissait d’une liste de courses normale, de 338 ans de prison. Tout cela contre une indemnisation demandée par le ministère de l’Intérieur de 8 000 euros… Nous laissons alors aux avocats la question – en réalité beaucoup plus politique que « technique » – de la manière très nonchalante dont le crime de complicité matérielle et morale de résistance et de blessure est contesté à des dizaines de personnes en vertu de la simple présence à ce défilé.

Comme le montrent les tracts et autres documents cités, et même les images qui ont été montrées de façon obsessionnelle lors des précédentes audiences, l’intention de cette manifestation était de bloquer les lignes de communication – en fait, le défilé a été chargé par la police et les carabiniers au moment même où il se déroulait vers les voies ferrées. « Si certaines personnes ne peuvent pas traverser la frontière, alors rien ni personne ne passe » – certains concepts éthiques ont parfois besoin d’une généreuse démonstration pratique.

Les frontières tuent. Par la noyade, par le gel, par des accidents sur des chemins de montagne ou le long de lignes de chemin de fer. Ou directement, avec la direction de la police, comme cela s’est passé en Grèce grâce à la légitimation de facto par l’Union européenne. Nous ne voulons pas être complices de tout cela.

A chacun son truc. En ce qui nous concerne, le sens et l’esprit de ce 7 mai, nous les revendiquons la tête haute. En signe de colère contre les mille formes de racisme d’État. Comme expression de solidarité avec une humanité chassée. Et comme un geste de soutien. Vers les ouvriers qui luttent dans le sud de l’Italie, vers les femmes immigrées qui se rebellent contre le trafic, vers les internés en révolte dans les camps de concentration de la démocratie. Envers ceux qui, partout dans le monde, n’esquivent ni ne transigent, parce qu’ils aiment la liberté de tous et de chacun au point de jouer la leur.

Nous ne nous posons pas en victimes de la répression. Nous sommes conscients de ce qu’implique notre position du côté des damnés de cette terre et contre les plans de puissance.

Que le temps de la soumission s’arrêter.

Bolzano, le 11 septembre 2020

Agnese Trentin, Roberto Bottamedi, Massimo Passamani, Luca Dolce, Giulio Berdusco, Carlo Casucci, Giulia Perlotto, Christos Tasioulas, Francesco Cianci, Andrea Parolari, Mattia Magagna, Sirio Manfrini, Luca Rassu, Roberto Bonadeo, Marco Desogus, Gianluca Franceschetto, Gregoire Paupin, Claudio Risitano, Guido Paoletti, Daniele Quaranta