SOLIDARITÉ AVEC LES CAMARADES ARRÊTÉ.E.S. LE TERRORISTE EST L’ÉTAT !

SOLIDARITÉ AVEC LES CAMARADES ARRÊTÉ.E.S. LE TERRORISTE EST L’ÉTAT !

13 mai 2020 Non Par passamontagna

Éversion à l’ordre démocratique. violence à des fins de terrorisme.
12 arrestations entre camarades à Bologne, Milan et Florence.
Sept personnes en prison, plus cinq avec une signature quotidienne et l’obbligation de pas sortir de Bologne.
La répression de l’État ne fait qu’augmenter. Au cours des 2 ou 3 dernières années, il y a eu diverses opérations de ce genre contre des compagnons anarchist.e.s. D’abord Florence, Turin, TrentO. Association terroriste, subversive. À Milan, association des malfeteur.
Maintenant Bologne.
Un incendie, c’est du terrorisme.
Le sabotage, c’est du terrorisme.
Descendre dans la rue et manifester, c’est du terrorisme.
Rédiger un dépliant ou une brochure, un article sur un blog, c’est désormais du terrorisme.
Le ministère public de Bologne parle de « diffusion de matériel d’incitation à la réalisation d’actions imputables à une « campagne de lutte antiétatique » générale.
Par conséquent, écrire ou critiquer l’état des choses et l’organisation politique de cette société est un acte de terrorisme.
Et quiconque le fait, ou se rebelle, quiconque descend dans la rue contre des lois absurdes, quiconque ose dire qu’il n’est pas d’accord et agit contre un État de plus en plus dictatorial et répressif il peut être facilement incarceré.e.
Il s’agit du concept simple et ancien de « divide et impera », diviser pour régner.
L’opinion publique est facilement contrôlée par des journalistes qui, au lieu d’analyser les faits, ne sont capables que de publier les directives des quartiers généraux de la police.

Ils nous enlèvent tout, et il ne nous reste déjà plus grand-chose.
Cette « démocratie » n’est rien d’autre qu’un état policier.
Mais qui est le terroriste ?
Prendre la rue et bloquer la circulation est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 12 ans de prison.
Une manifestation non autorisée peut donner la Daspo urbaine et des éloignement obbligatoire du territoire.
Dans la mediterranée, les états continenet à bloquer les bateaux avec laquelle les « migrant.e.s » tentent des rejondre l’europe, en causant la morte de milliers des personnes. les frontières et les lois sur la migration construient sistematiquement des « clandestins », nécessaire mainouvre exploitable et chantable, aux caporaux parce qu’ils ont besoin de quelqu’un pour travailler dans ces camps.
Nel mediterraneo gli stati continuano a bloccare le imbarcazioni con cui i « migranti » tentano di raggiungere le coste europee, causando la morte di migliaia di persone. Le frontiere e le leggi sull’immigrazione costruiscono sistematecamente « clandestini », necessaria manodopera sfruttabile e ricattabile, à la merci des lois du marché capitaliste mondial.

Ils tuent des gens dans les prisons et dans les centres de réténtion. Ils continuent d’expulser et de jeter à la rue des personnes qui n’ont plus l’argent pour survivre.
Ils inspirent la peur et la terreur en exploitant certaines informations et en en occultant beaucoup d’autres.
Ca c’est l’état.

Maintenant, ils rouvrent les usines et les industries, mais il est illégal pour deux personnes d’aller ensemble au parc. Les écoles et les universités restent fermées, mais la production d’armes se poursuit.
Ils massacrent les petites activité en favorisant les grandes sociétés et les multinationales.
La nature est de plus en plus dévastée en silence.
Ils nous privent également de notre liberté de protester et de critiquer.
LE VRAI TERRORISTE, C’EST L’ÉTAT.
Qui a maintenant peur, parce que la colère sociale augmente, il a peur parce qu’elle craint de ne pas pouvoir la contrôler, il a peur et elle la réprime encore plus. Il a peur parce que les gens sont fatigués. Et parce que la vraie crise économique est dans l’air, mais elle est encore à venir. Pour l’instant, il y a les bonus de dépenses, les 600 euros, les réductions d’impôts. Mais ce ne sera pas suffisant. La crise va venir. Le coronavirus n’a fait qu’accélérer le processus.
La crise viendra, et soit nous irons vers un changement radical de la société dans laquelle nous vivons, soit vers une restauration encore plus violente, un système de plus en plus autoritaire et dictatorial.
C’est à nous de jouer.

TOUT.E.S LIBRES !

Cela sont les address des copain.e.s arrété.e.s, pour les écrire :

– Giuseppe Caprioli –
C. R. di Alessandria “San Michele”
strada statale per Casale 50/A
15121 Alessandria
– Stefania Carolei
C. C. di Vigevano
via Gravellona 240
27029 Vigevano (PV)
– Duccio Cenni
C. C. di Ferrara
via Arginone 327
44122 Ferrara
– Leonardo Neri
C. R. di Alessandria “San Michele”
strada statale per Casale 50/A
15121 Alessandria
– Guido Paoletti
C. C. Di Ferrara
via Arginone 327
44122 Ferrara