Changement de cap à la frontière … Petit mise à jour de Bardonnèche

Changement de cap à la frontière … Petit mise à jour de Bardonnèche

6 juin 2020 Non Par passamontagna

Si auparavant les contrôles étaient (et restent) forts de l’Italie à la France, depuis au moins une semaine maintenant, il y a des nouvelles.

Les transports publics en provenance de France sont minutieusement fouillés par un peloton de gardes entièrement italiennes. A la recherche de qui ?


La police parle de contrôle liée au coronavirus, mais, même si théoriquement les frontières sont fermées pour tout le monde, par hasard les personnes qui sont descendues par le TGV sont toujours visiblement non européennes.

Chaque jour, les TGV qui s’arrêtent à Bardonecchia sont agressés par 20 à 30 policiers à la recherche de ceux qui n’ont pas de bonnes pièces d’identité. Ceux qui ne l’ont pas, sont conduits au siège de la police pour les contrôles habituels ou d’éventuelles empreintes digitales.

Quelqu’un est alors laissé à la gare.

Quelqu’un est renvoyé en France ?

Comme nous le savons, les frontières s’adaptent et changent en fonction des besoins économiques et politiques du capital et de l’état.

Que tous ces nouveaux contrôles sont liés à la nouvelle loi de régularisation des documents ?

Bien que cette « sanatoria » soit ridicule et dégoûtante, encore un autre exemple de la manière dont l’appareil économique et politique tente d’exploiter l’immigration, il est tout à fait possible que l’état tente de limiter le retour des personnes espérant une régularisation en provenance d’autres pays européens.

En fait, l’amnistie ne s’applique pas à ceux qui n’étaient pas en Italie avant le 8 mars.

 

POUR CONCLURE : pour tous ceux qui tentent de rentrer en Italie à la recherche d’une régularisation, n’oubliez pas que le train n’est probablement pas un bon moyen de transport.