Texte de communication ouverte de la réunion du réseau contre le système des frontières – Décembre 2021, Pologne

13 janvier 2022 Non Par passamontagna

traduction de https://de.indymedia.org/node/167935

La situation qui prévaut depuis des mois à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie est une véritable crise humanitaire.
Cette communication ouverte d’une réunion du réseau contre le système des frontières en Pologne / 21 décembre se concentre sur les différents domaines qui ont été identifiés avec les militants polonais, où l’attention et l’action sont nécessaires maintenant, dans les mois à venir et dans une perspective à long terme.
La situation qui prévaut depuis des mois à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie est une véritable crise humanitaire, mettant en danger des milliers de personnes qui tentent de trouver refuge en Europe.
Mais il n’y a pas que cela. C’est aussi un terrain très fertile pour la haine de l’autre, des étrangers, en Pologne et bien sûr dans toute l’Europe. La façon dont les gens sont traités par le gouvernement justifie les pensées et les actions des groupes d’extrême droite et alimente la croissance d’un système fasciste de frontières européennes. La peur et l’impuissance que suscitent les images tragiques relayées par les médias grand public ne sont pas nouvelles. Elles angoissent, immobilisent, démontrant noir sur blanc l’autorité d’états militarisés tout puissants, équipés d’armes et de barbelés. Elle fait croire aux gens que c’est la seule option, que c’est une « solution » efficace à une « crise dangereuse ». Qui est ici en danger ? Pendant ce temps, l’attention est détournée d’une réflexion nécessaire sur les structures de solidarité possibles et les stratégies d’inclusion qui n’auraient pas coûté plus cher. Augmenter cette peur de quelque manière que ce soit est l’une des tactiques les plus ouvertement utilisées au siècle dernier, pour justifier la fermeture de plus en plus hermétique des frontières. C’est aussi un moyen de paralyser les gens, de les faire se sentir incapables de réagir à des mesures inhumaines, incapables d’y résister.
Cependant, de nombreuses personnes et groupes ont agi, malgré les difficultés toujours plus grandes, le danger et le manque de moyens. Ces personnes sont en partie des habitants qui n’ont pas accepté la situation et ont commencé à être actifs, certains ont rejoint des associations plus ou moins institutionnalisées, ou ont formé des groupes autonomes. Directement, des groupes anarchistes autonomes les ont rejoints et ont organisé à leur manière un système de premiers secours. Au-delà de l’aide physique, leur objectif est aussi de diffuser une information honnête et efficace sur ce qui se passe là-bas, pour le reste de l’Europe.
Lien vers l’info-chanel NoBorderTeam Telegram : t.me/no_borders_team.
En décembre 2021, la No Border Team Poland a invité des groupes de plusieurs pays européens à discuter de la situation. Les objectifs de cette réunion étaient de mieux comprendre la situation en Pologne, ce qui a été fait jusqu’à présent et quels sont les besoins actuels. Il s’agissait également de mettre en relation des groupes plus autonomes autour de la cause afin de renforcer le réseau européen de militants anti-frontaliers et de réfléchir à des stratégies communes.
Pourquoi publions-nous ce texte de communication ouverte ?
Nous avons estimé qu’il était nécessaire de publier ce texte car nous avons identifié des besoins concrets. Il semble que de nombreuses personnes et groupes en Europe ont le désir et les ressources pour aider, mais qu’il y a un grand manque d’informations pour comprendre efficacement la situation. Parfois, les liens manquent également. Nous espérons que cette analyse du sujet ouvre des perspectives pour des actions créatives présentes et futures.
Ce texte doit faire le point sur la situation actuelle, mais surtout se concentrer sur les différents domaines identifiés avec les activistes polonais, qui nécessitent une attention et une action immédiate, dans les mois à venir et à long terme ! Chaque domaine peut être abordé à différents niveaux – politique, actions directes, mise en réseau – en fonction des possibilités, des expériences et des capacités de la personne ou du groupe. Nous avons besoin de ces différents niveaux pour exister et travailler ensemble.

1. La situation à la frontière entre la Pologne et le Belarus et où l’aide est nécessaire
Comme on le sait, il existe déjà depuis plusieurs mois un réseau de différents groupes organisés à la frontière polono-biélorusse, soit au sein de la structure de Grupa Granica, soit en tant que groupes autonomes No Border. Bien sûr, il y a toujours un besoin d’argent ou de certains articles pour que les groupes puissent continuer leur travail – cependant, les activistes et les groupes polonais communiquent actuellement que les structures qu’ils ont construites à la frontière polono-biélorusse sont stables et n’ont pas besoin d’un soutien urgent des activistes internationaux, également parce qu’il y a des réseaux avec les locaux. Actuellement, la situation se déplace vers la frontière lithuanienne et le soutien de militants expérimentés y est le bienvenu.
Mais surtout, ce que nous avons compris ensemble, c’est que l’action et l’engagement des personnes et des groupes qui veulent s’impliquer doivent se concentrer sur les structures et les besoins locaux dans les pays de destination afin de garantir un ciblage durable et à long terme du problème global, au lieu de tendre vers un activisme à court terme à la frontière !

Si un soutien urgent est nécessaire à la frontière, les militants se mettront en contact et formuleront les besoins.
En bref : organisez-vous dans vos villes, villages et régions ! Nous y reviendrons plus en détail dans les parties suivantes.

2. Pression sur les gouvernements des pays européens de destination
Un élément important d’une stratégie à court et à long terme est d’exercer une pression continue sur les politiciens et les gouvernements d’Allemagne et d’autres pays occidentaux pour qu’ils publient une déclaration d’accueil des réfugiés dans leurs pays. Une telle déclaration influencera directement les stratégies du gouvernement polonais envers les personnes en déplacement.
Ces derniers mois, plusieurs manifestations, actions et événements d’information ont été organisés dans différentes régions et villes afin d’attirer l’attention sur la situation à la frontière polono-biélorusse et de faire pression sur les gouvernements pour qu’ils agissent. Il est urgent que cela continue et atteigne une mobilisation à plus grande échelle. La créativité et la radicalité de nos actions sont plus que jamais nécessaires pour faire entendre nos voix.
Comme les médias jouent un rôle crucial pour attirer l’attention des gens et des gouvernements sur un point, il est important d’apporter nos voix et nos images non seulement à nos médias alternatifs mais aussi aux médias grand public. La situation à la frontière n’est pas couverte par les médias allemands avec toute l’attention nécessaire. Avec les activistes polonais, nous avons également réalisé que, comme les médias allemands ne couvrent pas un rapport détaillé et continu ou une analyse de la situation actuelle, une image complète de la façon dont les personnes en mouvement sont traitées par tous les gouvernements impliqués, ainsi que la répétition des problèmes qui sont créés par la stratégie frontalière de l’Europe, n’atteint pas la société allemande.
En bref, nous devons atteindre une mobilisation à plus grande échelle pour faire pression sur nos gouvernements et les confronter à leur part de responsabilité. Pouvons-nous lire dans les médias allemands une déclaration sur la décision du gouvernement d’offrir un refuge aux migrants ? Un article sur le projet de construction d’un mur entre la Biélorussie et l’Europe ou sur les centres de détention polonais ? Utilisons tous les moyens de communication pour changer cela !

3. Les centres de détention en Pologne
Outre la zone rouge à la frontière polono-biélorusse, les centres de détention en Pologne constituent un champ central d’oppression, d’inhumanité et de cruauté. Des milliers de personnes y sont actuellement enfermées sans soutien juridique pour accéder à une procédure d’asile, sans soutien médical et psychologique continu et sans accès aux besoins de base.
Les centres sont constamment surpeuplés et difficilement accessibles. Début décembre, une révolte des personnes enfermées dans le centre de détention de Wedrzyn a éclaté en réponse au traitement inhumain et au manque de perspectives.
Nous devons redéfinir un camp de réfugiés comme un lieu qui sert de prison et qui est un espace où l’on prive les gens de leur liberté physique et mentale, où l’État commet des tortures et des persécutions permanentes. Dans une perspective à long terme, les camps de détention ne sont pas la réponse, et pas seulement en raison de notre désaccord idéologique. Sur le long terme, cultiver les politiques actuelles conduira à un échec systémique.
Il y a un grand besoin de rassembler et de publier des informations sur la situation actuelle dans les centres de détention et de mettre en évidence et de scandaliser la violation quotidienne des droits humains fondamentaux dans ces lieux !
Les conditions dans les centres et les stratégies cruelles du gouvernement polonais pour faire face à la situation actuelle doivent être portées à l’attention de la société. Les gouvernements allemands, en particulier, doivent être mis sous pression pour réagir, car un grand nombre de cas de Dublin en Allemagne conduira à des déportations vers la Pologne.
Il y a un grand besoin de réseaux de soutien internationaux autour de plusieurs centres de détention en Pologne, car le travail et l’énergie des militants polonais se concentrent actuellement sur les frontières et les capacités sont limitées.
En bref : les centres de détention en Pologne sont des lieux où il faut se concentrer. L’enquête, la collecte d’informations, l’observation et la documentation de la situation actuelle dans et autour des centres de détention sont nécessaires de toute urgence pour scandaliser le statu quo et soutenir les personnes qui y sont stockées.

4. La construction du mur en Pologne
Il y a déjà plusieurs semaines, le gouvernement polonais a déclaré qu’il allait construire un mur à la frontière avec la Biélorussie. La construction a déjà commencé et se poursuivra dans les mois à venir avec l’aide des troupes du génie britannique et de plusieurs entreprises polonaises et internationales d’acier et de matériaux. Le mur sera construit à travers la forêt vierge de Białowieża, la dernière forêt vierge d’Europe. Il perturbera le fonctionnement des écosystèmes locaux et entraînera la destruction de plusieurs dizaines d’hectares de forêt.
Il est très urgent de faire connaître cette question dans les médias traditionnels et alternatifs et parmi les militants, car la construction d’un mur entre la Pologne et le Belarus n’est pas rendue publique. Les conséquences de la construction du mur seront cruciales pour l’orientation de la migration et les opportunités de migration. Les entreprises et les gouvernements de nos propres pays qui y contribuent doivent être identifiés et arrêtés !
En bref : l’Allemagne participe passivement et activement à la construction d’un mur – nous ne pouvons pas accepter cela ! Nous devons l’arrêter, physiquement ! Et amener autant d’acteurs que possible à soutenir la campagne de dénigrement.

5. Centres de détention en Allemagne et dans d’autres pays de destination et réseaux de soutien à long terme pour les demandeurs d’asile

Ce qui est devenu clair depuis le début de la crise à la frontière polono-biélorusse, c’est que les personnes en mouvement ne veulent pas rester en Pologne (et la Pologne ne veut pas qu’elles y restent) mais veulent atteindre d’autres pays de destination – principalement l’Allemagne, la France, les Pays-Bas ou le Royaume-Uni. Les possibilités de migration sont en constante évolution – les frontières se ferment, de nouvelles routes s’ouvrent, les situations politiques changent, mais la migration ne s’arrête jamais. On ne sait pas encore comment la situation en Pologne et au Belarus va évoluer, mais il est clair que de nombreuses personnes sont déjà arrivées dans les pays de destination mentionnés ci-dessus.
Les activistes polonais sont actuellement confrontés à une situation très dynamique et en constante évolution à la frontière qui se concentre sur les premiers secours et les actions de courte durée dans les situations d’urgence. C’est pourquoi ils soulignent de toute urgence le grand besoin de réseaux de soutien stables et continus pour les personnes qui sont arrivées dans les pays de destination et qui sont maintenant dans le long processus d’asile. Les lieux en Allemagne où les personnes dans cette situation sont détenues peuvent avoir des caractéristiques différentes (Erstaufnahmelager, Camp, Geflüchtetenlager, Gemeinschaftsunterkunft, Container, …) mais sont pour la plupart tous construits loin des grandes villes et des infrastructures. L’isolement et le manque général de conseils juridiques, médicaux et psychologiques ainsi que l’accès aux informations de base sont énormes ! De nombreuses personnes seront confrontées à la menace constante d’une expulsion vers la Pologne, car beaucoup y étaient déjà enregistrées, ou vers leur pays d’origine.
Les personnes qui arrivent de Pologne se trouvent actuellement principalement dans le Brandebourg, mais sont instantanément réparties dans des centres dans toute l’Allemagne. Nous avons besoin de groupes de soutien autonomes et indépendants de l’Etat et de l’Eglise autour de chaque centre, qui évaluent constamment les besoins des personnes retenues ! Un soutien actif ainsi qu’une protection et une résistance contre les actions fascistes sont nécessaires de toute urgence.
Ce qui est écrit sur les centres de détention polonais est également vrai pour le système d’asile allemand. Au niveau politique, nous devons faire pression pour que les camps et un système d’asile hautement répressif ne soient pas la réponse à la migration, mais renforcent plutôt l’isolement, le racisme et les positions de droite au sein de notre société.
En bref : Lorsque les personnes en mouvement arrivent en Allemagne, en France, en Italie etc. ce n’est pas la fin. Ce n’est que le début. Nous devons le reconnaître et le communiquer clairement.
Si des réseaux existent, nous devons nous concentrer sur l’analyse de la situation sous différents aspects : changements politiques, action directe, structures de soutien à court et à long terme. Si des groupes existent, ils doivent se connecter ensemble et partager les différents besoins et tâches pour être en mesure de comprendre la situation et d’agir de manière appropriée. Si aucun groupe n’existe ou s’il y a trop peu de personnes et de capacités, nous devons demander de l’aide dans les grandes villes, organiser des réunions et parler des besoins de la région. Soyons forts, dénonçons le système des camps et trouvons des moyens de le surmonter !
Ce à quoi nous voulons particulièrement veiller dans chaque processus :
Nous voulons entendre les voix et les besoins des personnes qui sont affectées par le système de la frontière.
Nous utilisons nos privilèges pour soutenir et faire un réel changement, et non pour tomber dans le rôle de « héros de la charité ».
Nous voulons penser globalement et dans des actions à long terme pour ne pas reproduire les erreurs du système en place.
Nous voulons que la forteresse Europe s’effondre, nous ne voulons pas seulement théoriser à ce sujet !
webadresse :
http://www…
Lizenz des Artikels und aller eingebetteten Medien :
Creative Commons by-nc-sa : Weitergabe unter gleichen Bedingungen – nicht kommerziell