Sur la balade à vélo du 2 juin – CONTRE LE RACISME D’ETAT ET SES POLITIQUES MIGRATOIRES

Sur la balade à vélo du 2 juin – CONTRE LE RACISME D’ETAT ET SES POLITIQUES MIGRATOIRES

3 juin 2019 Non Par passamontagna

Une procession de bicyclettes est partie hier de Piazza Castello (Turin) pour arriver au rassemblement contre le CRA, laissant des banderoles et des écrites sur le sol en chemin.
Quelques photos et le texte du flyer distribué.
Solidarité avec les détenus du CRA (CPR).
Solidarité avec Silvia, Anna et tout.e.s les compagnons en grève de la faim pour la fermeture de la section AS2 de la prison de L’Aquila !
CONTRE TOUTES LES PRISONS, TOUT.E.S LIBRES !

Des mois se sont écoulés depuis l’entrée en vigueur du décret sur la sécurité et l’immigration. Et maintenant se voit proche l’approvation du décret de sécurité Bis, qui va frapper toutes les formes de protestation dans la rue et criminaliser encore plus l’immigration et la solidarité. Ils ne veulent plus laisser de place à l’auto-organisation. L’objectif du gouvernement est de massacrer toute forme de pensée et de pratique différente de celle établie.
Ils veulent accroître les contrôles dans toutes les rues et sur toutes les places. Ils criminalisent toutes les formes de solidarité avec les immigrés et prévoient des sanctions et des peines sévères pour toute pratique de lutte et de manifestation autre que le défilé convenu avec la préfecture. Maintenant, même mettre une banderole sur le balcon est considéré comme un crime.

Des politiques migratoires meurtrières continuent à causer des morts en mer, à construire des lagers en Libye et en Italie, tandis que les politiciens, dans leur campagne électorale permanente, jouent sur la peau des gens coincés sur les navires fomentant la haine et le racisme. Par la construction de l' »ennemi extérieur », le système tente de canaliser la colère sociale – provoquée par une situation matérielle de plus en plus difficile et précaire – vers la peur et le rejet des populations immigrées.

Ils veulent construire un « Centre de Rapatriement Permanent » (CRA) par région, les prisons sans papiers dans lesquelles les personnes peuvent maintenant être détenues jusqu’à six mois. Lagers où se retrouvent ceux qui sont considerés de ne pas avoir le « bon » papier et où ils sont détenus en attendant que autres choisissient leur vie : qu’ils soient libérés après six mois de prison ou qu’ils soient « rapatriés » dans leur pays d’origine. Une prison comme celle de Turin, à Corso Brunnelleschi, qui arrive à détenir 1400 personnes en un an. Des lagers qui ne devraient simplement pas exister.

Contre tout cela, nous sommes sur la route aujourd’hui.
Contre les Décrets Salvini, qui, en continuité avec le Décret Minniti, ne sont qu’une guerre déclarée contre les plus pauvres, les exploités, tous ceux qui cherchent à s’opposer au système de sélection et de contrôle qui existe dans cette société. Contre les lagers pour sans-papiers. Contre ce clown de Salvini qui joue sur la peau des autres pour sa propagande meurtrière.
Pour un monde sans frontières ni autoritarisme